Affaire Bygmalion : Patrick de Carolis s’explique

Patrick de Carolis

© Patrick de Carolis va porter plainte contre Le Point

      L’ancien PDG de France Télévisions, accusé par Le Point d’avoir reçu plus de 120.000 euros de la société de communication, va porter plainte pour diffamation contre l’hebdomadaire. Et il se justifie.

Dans un article publié sur son site Internet, le magazine Le Point s’interroge sur de possibles « rétrocommissions » touchées par Patrick de Carolis, mis en examen pour « favoritisme » dans le cadre d’une enquête sur les contrats passés entre France Télévisions et Bygmalion« En 2011, l‘ex-patron du service public a touché de Bygmalion 47.800 euros via sa société Patrick de Carolis Consulting et Participations, écrivent nos confrères. Puis encore 71.700 euros en 2012. Soit au total 10 % du montant des contrats signés en cinq ans par France Télévisions avec Bygmalion. »

« Allégations mensongères »

Dans un communiqué, les avocats de l’ex-PDG du groupe audiovisuel apportent des « précisions » sur ces 120.000 euros. « Patrick de Carolis, à la fin de l’année 2010, alors qu’il n’était plus à la tête de France Télévisions, a été sollicité en qualité de consultant par Bygmalion pendant une période de 6 mois sur certains dossiers ayant un lien direct avec ses compétences, à savoir l’élaboration d’un dossier à l’attention du CSA pour la création d’une chaîne de télévision locale ainsi que la conception de la grille des programmes de cette chaîne, précisent-ils. Patrick de Carolis a également été sollicité à l’occasion de la création d’un musée. Ses conseils ont donné lieu à une facturation de la part de l’entreprise de Patrick de Carolis et ont été comptabilisés de manière transparente. »

Maître Michel Beaussier et Anastasia Pitchouguina ajoutent : « Ecrire ou laisser entendre que les sommes perçues seraient la contrepartie des contrats conclus entre France Télévisions et Bygmalion, est absolument faux, inacceptable et diffamatoire. Ces allégations mensongères portent atteinte à son honneur et sa considération et c’est pourquoi Patrick de Carolis engage une procédure en diffamation contre les auteurs de ces allégations. »