Bruxelles : des bonbonnes de gaz découvertes dans une camionnette

Le périmètre de sécurité installé dans la journée a finalement été levée en début de soirée. Un quartier central de Bruxelles a été évacué pendant plusieurs heures jeudi 2 mars par la police après la découverte de bonbonnes de gaz dans une voiture. Le conducteur était, selon un élu local, « signalé comme radicalisé ».

La police a découvert deux bonbonnes de gaz dans le coffre d’un véhicule, dont le conducteur avait brûlé un feu rouge près de la Porte de Hal. Par précaution, le quartier avait été bouclé, le métro ne marquait plus l’arrêt et les habitants s’étaient vu interdire de rentrer chez eux. « Aucun mécanisme de détonation n’a été retrouvé dans la voiture, ni d’autres explosifs », a indiqué dans la soirée le parquet de Bruxelles dans un communiqué.

Pas d’ »intention criminelle » à ce stade de l’enquête

Le bourgmestre (maire) de la commune bruxelloise de Saint-Gilles, Charles Picqué, où se situe cette place, a affirmé que son conducteur était « signalé comme radicalisé »« Quand vous ajoutez un délit de fuite, le signalement de quelqu’un qui est potentiellement dangereux et (…) le fait qu’il a des bonbonnes de gaz dans son coffre et qu’il n’a pas voulu ouvrir son coffre, ça exige évidemment qu’on soit prudents », a-t-il déclaré.

Le parquet n’a pas voulu communiquer sur l’identité du chauffeur du véhicule, jugeant qu’il était « absolument prématuré » de dire s’il avait « une intention criminelle ». Il a été  »privé de sa liberté et sera auditionné » par les enquêteurs, a-t-il seulement indiqué.